Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Emphysème

Alternate Names (FR): Maladie pulmonaire, Pneumopathie

© 1996-2014 MediResource Inc.

  • À propos de
  • Les faits

    L'emphysème est un trouble pulmonaire chronique où les sacs d'air naturels appelés alvéoles subissent une augmentation de volume alors que leur nombre diminue. Les tissus qui entourent les alvéoles perdent leur élasticité et ces sacs aériens ne peuvent donc plus se gonfler ni se dégonfler comme à leur habitude. Ce phénomène réduit la quantité d'oxygène que transfèrent les poumons vers la circulation sanguine. L’air se retrouve bloqué à l’intérieur des alvéoles au lieu d’être expiré, ce qui rend votre respiration plus difficile. L’emphysème peut faire partie d’une maladie pulmonaire appelée maladie pulmonaire obstructive chronique ou MPOC.

    L'emphysème résulte habituellement de l'exposition à des toxines provenant des cigarettes ainsi que de la pollution, de la poussière, des vapeurs chimiques et de substances irritantes. La probabilité d'en être atteint est plus élevée dans le cas des adultes d'un certain âge; en outre, plusieurs personnes atteintes d'emphysème n'en sont pas conscientes. Si les dommages causés par l’emphysème sont irréversibles, un traitement peut aider à ralentir sa progression.

    Causes

    Le tabagisme est la principale cause de l'emphysème. Même si la consommation de tabac a diminué au Canada depuis des années, elle reste une source de souci majeur. La majeure partie des personnes qui souffrent d'emphysème sont ou étaient des fumeurs. Le tabagisme est responsable de 80 à 90 % des cas de bronchopneumopathie obstructive chronique (BPOC), ce qui comprend l’emphysème. Le tabagisme est également à l’origine de la majorité des cas de cancer du poumon au Canada. En brûlant, une cigarette émet plus de 4 000 substances chimiques différentes, dont un grand nombre sont carcinogènes (susceptibles de provoquer un cancer) ou toxiques pour les tissus vivants. L’exposition à la fumée secondaire accroît également le risque de développer un emphysème.

    Les infections des voies respiratoires risquent également de détruire les tissus pulmonaires, et par conséquent contribuent à l'apparition ou à l'aggravation de l'emphysème. En outre, l'emphysème accroît les risques d'infection.

    L'hérédité joue parfois un rôle dans l'emphysème. Les porteurs d'une anomalie génétique spécifique appelée déficience en alpha-1-antitrypsine homozygote courent un risque élevé de contracter l'emphysème. Cette anomalie est toutefois rare et elle n'explique que moins de 1 % des cas. Il est essentiel que les personnes atteintes d'une carence en alpha-1-antitrypsine ne fument pas.

    L'âge entraîne naturellement des transformations dans les poumons et les alvéoles, même pour les non-fumeurs. Il arrive que la perte de l'élasticité soit suffisamment grave pour être considérée comme de l'emphysème. La pollution atmosphérique peut également irriter les poumons et provoquer de l'emphysème, bien que la pollution soit rarement le seul facteur en cause.

    Symptômes et complications

    Au début de la maladie, les symptômes sont parfois peu nombreux. Le dommage subi par les alvéoles cause un essoufflement à l'effort qui est généralement le premier symptôme. Au fur et à mesure que l'emphysème évolue, l'essoufflement peut être ressenti même au repos. Cette gêne respiratoire peut influer sur des activités normales comme l'ingestion de la nourriture, et mener à une perte d'appétit et de poids. Parmi les autres symptômes possibles, on note une sensation d'oppression thoracique, de fatigue, une toux chronique ou encore un changement de couleur vers le bleu ou le gris des ongles de la main ou des lèvres pendant l’effort.   

    À mesure que les alvéoles se distendent, de l'air reste dans des poches appelées bulles qui se forment dans les poumons. Ce phénomène peut produire le « thorax en tonneau », une forme caractéristique de la poitrine surgonflée.

    Les lésions pulmonaires chroniques empêchent le cœur de faire circuler le sang normalement. En fait, ces lésions peuvent faire augmenter la pression dans la partie du cœur qui pompe le sang vers les poumons. Ce phénomène est l'hypertension pulmonaire; on en soupçonne l'existence quand on constate une enflure des jambes, un gonflement de l'abdomen ou des pulsations bien visibles dans les veines du cou d'une personne atteinte d'emphysème. Lorsque le cœur essaie de pomper du sang vers les poumons endommagés, il est possible que son côté droit s’élargisse et soit soumis à une certaine tension, ce qui pourrait résulter en une insuffisance cardiaque.

    Les bulles (mentionnées précédemment) peuvent se rompre à l'extérieur du poumon dans la cavité pleurale (l'espace tout autour de chacun des poumons). L'air qui s'accumule à l'extérieur du poumon peut entraîner une affection appelée pneumothorax (poumon collabé) susceptible de mettre en jeu la vie de la personne touchée. L'organisme pourrait également tenter de compenser la baisse d'oxygène en augmentant le nombre de globules rouges (une polyglobulie secondaire). Parfois, l'augmentation du nombre de globules rouges est si importante que cela peut causer la formation de caillots de sang.

    Le diagnostic

    Le médecin qui soupçonne un cas d'emphysème voudra connaître vos antécédents et faire une exploration fonctionnelle pulmonaire. Les examens sont les suivants :

    • la spirométrie – le volume expiratoire maximal seconde (VEM1) permet de mesurer la quantité d'air que vous pouvez expulser durant la 1re seconde d'une expiration forcée. La capacité vitale forcée (CVF) correspond à la quantité totale d'air que les poumons peuvent expulser. Il s'agit des 2 mesures les plus courantes de la fonction pulmonaire;
    • l'exploration fonctionnelle pulmonaire – elle comprend la spirométrie, mais aussi la mesure du volume des poumons, de l'oxygénation et de la capacité de diffusion pulmonaire;
    • la radiographie de la poitrine ou tomodensitographie à haute résolution – de tels examens sont souvent nécessaires pour éliminer la possibilité d'autres troubles médicaux, comme la fibrose pulmonaire ou une autre atteinte des poumons;
    • l'oxymétrie – il s'agit d'une méthode employée pour mesurer le taux d'oxygène dans le sang au moyen d'une pince fixée sur un doigt, un orteil ou une oreille;
    • la gazométrie sanguine artérielle – des analyses sanguines fournissent des données pertinentes sur le taux d'oxygène et de dioxyde de carbone dans la circulation sanguine.
    Traitement et prévention

    Le premier traitement contre l'emphysème est l'abandon du tabac. Les poumons ne pourront pas se régénérer, mais les dommages ultérieurs seront tout au moins ralentis.

    Le traitement comporte :

    • l'alpha-1-antitrypsine humaine purifiée qui est indiquée dans le traitement de l'emphysème dû à la baisse du taux de l'alpha-1-antitrypsine;
    • les antibiotiques dans le cas d'une infection;
    • les bronchodilatateurs tels que les bêta-agonistes et les anticholinergiques qui contribuent à détendre et à dilater les voies aériennes;
    • les corticostéroïdes, qui réduisent l'inflammation, peuvent être employés pour prévenir les crises menant à l'hospitalisation;
    • l'exercice peut contribuer à renforcer les muscles de sorte que l'activité physique soit moins exigeante pour les poumons;
    • une opération aux poumons, ou une transplantation pulmonaire, peut sauver la vie du petit nombre de personnes qui candidats à cette intervention. Au cours d'un nouveau type de chirurgie appelé réduction du volume pulmonaire, la partie la plus atteinte, soit 20 % à 30 % des poumons, est enlevée. De cette façon, les poumons et les muscles qui sont restés intacts fonctionnent plus efficacement et améliorent la respiration. Des travaux de recherche sont en cours pour vérifier s'il est possible d'obtenir les mêmes bienfaits en enlevant le tissu pulmonaire atteint par l'emphysème à l'aide d'une technique non chirurgicale (c'est-à-dire à l'aide de valves ou de colle). D’autres travaux cherchent à déterminer si des ressorts pourraient être insérés dans les poumons afin de leur faire regagner leur élasticité;
    • les vaccinations contre la grippe et la pneumonie, comme recommandées par votre médecin pour aider à prévenir les infections respiratoires. Cela ne guérit pas l'emphysème, mais peut prévenir les crises.

    Pour la vaste majorité des personnes atteintes d'emphysème, la meilleure façon de prévenir son évolution et de la ralentir est de ne pas fumer. Cette mesure est de loin la plus importante.

    Voici quelques petits conseils qui pourraient vous aider à protéger vos poumons en cas d'emphysème :

    • évitez la fumée secondaire;
    • protégez-vous autant que possible contre la pollution atmosphérique;
    • faites de l’exercice au possible;
    • utilisez un climatiseur comportant un filtre et un régulateur d'humidité;
    • prévenez les « déclencheurs » d'allergies susceptibles d'aggraver l'emphysème si l'asthme est présent;
    • évitez l’air froid qui provoque des spasmes au poumon
    • dispensez-vous de fréquenter les endroits de hautes altitudes;
    • lavez-vous les mains et les dents fréquemment afin de parer aux infections.

    Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Emphyseme

    © 1996-2018 MediResource Inc. Modalités et conditions d'utilisation : le contenu des présentes est offert strictement à titre documentaire. Demandez toujours conseil à votre médecin traitant, ou à un autre fournisseur de soins de santé compétent, à propos de toutes les questions concernant un trouble médical.