Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Quels sont vos risques de cancer de la prostate ?

© 1996-2014 MediResource Inc.

Facteurs de risque pour le cancer de la prostate

Remplissez ce questionnaire pour vérifier quels sont vos risques de développer un cancer de la prostate. Bien que nous ne connaissions pas les causes exactes de ce cancer, les hommes qui en sont atteints présentent certaines des caractéristiques communes.

  1. Quel âge avez-vous?
    Plus vous êtes vieux, plus vous risquez de développer un cancer de la prostate. Si vous êtes un homme de moins de 50 ans, vous avez 3 chances sur 1 000 d'avoir un cancer de la prostate. Si vous êtes dans la cinquantaine, vous avez 2 chances sur 100 (2 %). Entre 60 et 69 ans, vous avez presque 7 % de chance. Et le risque augmente jusqu'à 17 % après 70 ans.
     
    C'est sage de subir un test de dépistage pour n'importe quel problème de prostate dès que vous avez atteint 40 ans.
     
  2. Avez-vous un surplus de poids?
    Calculez votre indice de masse corporelle (IMC): IMC = poids (kg) ÷ taille × taille (m) (Exemple : si vous pesez 68 kg (150 lb) et mesurez 1,73 m (5' 8"), divisez 68 par (1,73 × 1,73) ou par 2,99, pour obtenir 22,74.)
    Si vous avez un surplus de poids (IMC entre 25 et 29,9) ou si vous êtes obèse (IMC 30 ou plus), vous doublez vos risques de développer un cancer de la prostate comparativement à un homme de poids normal. Ceci est vrai pour la plupart des cancers. De plus, votre organisme a besoin d'énergie pour lutter contre les affections et la maladie. Un surplus de poids requiert de votre organisme davantage de ressources pour se maintenir à l'état normal. Il vous reste donc moins d'énergie pour tout le reste.
     
  3. Combien de temps consacrez-vous chaque semaine à l'entraînement?
    Si vous brûlez toujours moins de calories que vous en consommez, vous vous exposez éventuellement à davantage de risques de développer un cancer de la prostate et d'autres maladies liées au surplus de poids. Vous voulez de plus maintenir votre pression artérielle et votre taux d'insuline à de bas niveaux, car les deux ont une incidence sur le cancer de la prostate. Faire de l'exercice trois fois par semaine à raison de 20 minutes chaque fois peut faire une grande différence. Vous obtiendrez cependant de meilleurs résultats si vous arrivez à en faire au moins deux heures par semaine, et vous aurez beaucoup plus d'énergie pour toutes vos autres activités.
     
  4. Combien d'hommes ont eu un cancer de la prostate dans votre famille?
    Des recherches scientifiques lient le cancer de la prostate à un gène spécifique ; si vous êtes porteur de ce gène, vous êtes presque certain de développer un cancer de la prostate vers l'âge de 85 ans. Les deux tiers des hommes atteints d'un cancer de la prostate au milieu de la cinquantaine sont porteurs de ce gène. Dans l'ensemble, 5 % à 10 % des cancers de la prostate sont dus à la génétique. Vous avez deux fois plus de risques de développer un cancer de la prostate si votre père ou l'un de vos frères en a souffert, et ce taux augmente jusqu'à cinq fois si votre père et l'un de vos frères l'ont eu. L'aspect positif, c'est qu'en sachant qu'un gène spécifique cause le cancer de la prostate, l'on peut concentrer la recherche sur ce gène pour éradiquer le cancer de la prostate.
     
  5. Quelle est votre origine ethnique?
    Les hommes d'origine africaine ou antillaise ont le plus haut pourcentage de fréquence de cancer de la prostate, suivi de ceux d'origine caucasienne. Les Asiatiques et les indigènes d'Amérique sont ceux dont le taux de risque est le plus bas. Comment observe-t-on ces différences? La génétique et l'environnement les expliquent à tout le moins en partie, avec les différents modes de vie et d'habitudes alimentaires.
     
    Toutefois, la région où vous vivez joue vraisemblablement un rôle dans le développement du cancer de la prostate. Plus vous vivez loin de l'équateur, plus la fréquence du cancer de la prostate est élevée. La Scandinavie se classe en haut de la liste avec presque cinq fois plus de cancers de la prostate qu'en Asie. Les hommes d'origine africaine qui vivent en Afrique ont vraisemblablement moins de cancers de la prostate que leur homologues qui vivent en Amérique du Nord. Les immigrants asiatiques de l'Amérique du Nord ont eux aussi plus de risques de développer un cancer de la prostate que ceux qui vivent en Asie.
     
  6. Consommez-vous régulièrement les aliments suivants?
    Même si à eux seuls les aliments ne guériront pas un cancer de la prostate, vous devriez jeter un coup d'œil à votre régime alimentaire pour vérifier si vous mangez suffisamment des aliments suivants.
     
    Les poissons riches en acide gras, tels le saumon, la sardine le hareng et le maquereau peuvent réduire du tiers les risques de cancer de la prostate. 
     
    Les acides gras oméga-3 aident au maintien d'une prostate en santé et régénèrent les tissus lésés. On les trouve dans la truite, les anchois, le tassergal (blue fish), le germon (thon blanc), le tofu, les noix de Grenoble, l'huile de canola et les légumes-feuilles.
     
    Il a été démontré que les aliments riches en lycopène peuvent aider à combattre le cancer de la prostate. La lycopène est présente dans la goyave, la papaye, le pamplemousse rose, la pastèque (melon d'eau), la tomate, les produits dérivés de la tomate, le ketchup et le jus de légumes.
     
    La vitamine D, on la trouve dans les crevettes, dans le lait écrémé 1 % et dans les huiles de poisson, mais elle est aussi produite par l'organisme et cette production est activée par l'exposition aux rayons solaires ultraviolets. On pense que la vitamine D a un effet protecteur contre le cancer de la prostate. Si vous songez à prendre des suppléments, parlez-en à votre médecin afin de connaître les quantités appropriées.
     
    Le sélénium, on a découvert que des suppléments de sélénium diminuaient de moitié ou presque la fréquence du cancer de la prostate. Pour obtenir un supplément de sélénium, assurez-vous de manger de la viande, du poisson, des céréales, des produits laitiers, des œufs, des noix du Brésil, de l'ail, des champignons et des asperges.
     
    Évitez les aliments pauvres en fibres et riches en gras : ils sont associés à une probabilité accrue d'apparition du cancer de la prostate.
     
  7. Utilisez-vous des analgésiques tels que l'AAS ou l'ibuprofène?
    Si vous prenez de l'Aspirin® (AAS), vous évitez possiblement un cancer de la prostate. Parlez-en à votre médecin si vous songez à prendre des analgésiques anti-inflammatoires.
     
  8. Avez-vous été exposé à l'amiante, aux pesticides (herbicides, BPC) ou au plomb, à votre lieu de travail, à l'école ou à la maison?
    Toutes ces substances sont reconnues pour augmenter les risques de cancer de la prostate. 

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Cancer-de-la-prostate-histoire-vecue