Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Le point sur les vaccins

Pour tout savoir sur les vaccins infantiles

Il est juste de dire qu’il existe bon nombre de rumeurs au sujet de la sécurité et de l’efficacité de la vaccination des enfants. Voici quelques réponses visant à dissiper certaines fausses idées.

Pourquoi faire vacciner mon enfant? N’est-il pas protégé si tout le monde est protégé?
Tout d’abord, certaines des maladies contre lesquelles nous vaccinons ne sont pas causées par des microbes que nous attrapons d’autres personnes. Par exemple, la bactérie qui produit les toxines à l’origine du tétanos se retrouve dans la terre et la poussière. Deuxièmement, bon nombre de maladies pouvant être prévenues par un vaccin, comme la rougeole, existent toujours dans certaines parties du monde. Il suffit qu’un voyageur ou visiteur ramène le virus au pays sans le savoir pour qu’une épidémie se produise; en particulier chez les groupes qui ne se font pas vacciner.

Afin d’éviter la propagation des maladies, un pourcentage élevé de personnes – environ 95 p. 100 dans le cas de la rougeole, doit être immunisé. Si les taux d’immunisation sont inférieurs, la maladie peut se propager, comme cela est arrivé récemment en Angleterre, où on a connu une épidémie de rougeole par suite d’un faible taux de vaccination RRO (vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole). Ces épidémies peuvent causer des maladies graves, en particulier chez les personnes non immunisées.

Les vaccins affaiblissent-ils le système immunitaire?
Les médecins sont d’avis que les vaccins ne nuisent pas au bon fonctionnement du système immunitaire. En fait, notre système immunitaire est conçu pour gérer plusieurs antigènes (virus étrangers et bactéries) à la fois. À titre d’exemple, au cours d’une même journée, un bébé qui met des jouets dans sa bouche et qui mange divers aliments peut être exposé à un nombre d’antigènes de loin supérieur à ce qu’on trouve dans un vaccin. De plus, à mesure que la technologie des vaccins s’améliore (les vaccins de nouvelle génération contiennent des antigènes plus raffinés que les versions antérieures), ceux-ci seront moins susceptibles d’entraîner des effets secondaires, comme la fièvre.

Certains critiques prétendent qu’il existe un lien entre la vaccination et la hausse du taux de personnes asthmatiques. Les chercheurs s’étant penchés sur les vaccins et l’asthme n’ont pu établir aucun lien. Des recherches supplémentaires sont nécessaires, mais il se pourrait bien que le régime alimentaire et l’exposition à des microbes et à des parasites – qui ont également évolué au cours des 20 à 30 dernières années – soient les véritables raisons à l’origine de l’incidence accrue de l’asthme.

Quels sont les principaux vaccins que mon enfant devrait recevoir?
Aujourd’hui, au Canada, les bébés sont systématiquement immunisés contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la polio, l’Haemophilus influenzae de type b, la rougeole, les oreillons et la rubéole. Les programmes de santé publique offrent gratuitement maintenant le vaccin contre l’hépatite B et la varicelle, le vaccin méningococcique, le vaccin antipneumococcique et le vaccin contre la grippe, vaccins que les parents devaient payer jusqu’à tout récemment.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), votre bébé devrait être protégé contre 13 maladies pouvant être prévenues par un vaccin. Les voici :

  1. La diphthérie peut occasionner de graves problèmes respiratoires, endommager le cœur et le système nerveux de votre enfant, et provoquer une paralysie. 
  2. Le tétanos est une maladie à laquelle bien des gens associent aux clous rouillés. Mais on peut aussi trouver le bacille du tétanos dans la terre, le fumier et les selles d’êtres humains. Si le virus se fraie un chemin par une plaie ouverte, il peut entraîner des spasmes musculaires, des convulsions et la mort. 
  3. La coqueluche se caractérise par de violentes quintes de toux, des crises de suffocation et des vomissements. Elle peut durer des semaines, voire des mois. Elle peut même entraîner la mort. Elle est particulièrement dangereuse si votre bébé a moins de six mois. 
  4. La poliomyélite (appelée aussi polio) attaque le système nerveux. Elle peut entraîner une paralysie des muscles et même causer la mort. 
  5. L’Haemophilus influenzae de type b (Hib) peut entraîner la méningite, une infection des membranes entourant la mœlle épinière et le cerveau. Il peut aussi provoquer une pneumonie, une enflure à l’arrière de la gorge et la mort. 
  6. La rougeole se caractérise par des démangeaisons, une forte fièvre, une toux, un nez qui coule et des yeux rougis. Ces symptômes peuvent durer d’une à deux semaines. La rougeole peut aussi causer la pneumonie, des convulsions, la surdité, des lésions cérébrales et la mort. 
  7. Les oreillons s’accompagnent de fièvre, de maux de tête et d’une tuméfaction douloureuse des joues et du cou. Cette maladie peut causer la surdité ou la méningite. Dans de rares cas, les oreillons peuvent conduire à la stérilité. 
  8. La rubéole cause la fièvre, des démangeaisons et le gonflement des ganglions. La rubéole contractée durant la grossesse peut causer la cécité, la surdité, voire la mort du fœtus. 
  9. La varicelle s’accompagne de fièvre et d’éruptions cutanées provoquant des démangeaisons et qui forment des croûtes. Chez certains enfants, la varicelle peut causer des infections cutanées graves (comme la maladie dévoreuse de chair), entraîner l’apparition de cicatrices, de pneumonie ou de lésions cérébrales, ou causer la mort. 
  10. L’hépatite B attaque le foie et peut parfois causer le cancer du foie ou d’autres problèmes hépatiques. 
  11. L’infection pneumococcique peut provoquer la méningite à pneumocoques, la pneumonie et une infection des oreilles et du sang. Elle peut causer la surdité ou des lésions cérébrales. 
  12. La méningite à méningocoques peut causer la méningite ou une infection sanguine, voire être fatale. 
  13. L’influenza (la grippe) est une infection respiratoire courante qui commence dans le nez et la gorge des enfants. Elle peut être grave, en particulier chez les bébés et les jeunes enfants. Si la grippe s’accompagne de complications, votre enfant peut avoir du mal à respirer et risquer de faire une pneumonie.

Remarque : Dans certaines provinces, le vaccin contre le rotavirus fait aussi partie du programme de vaccination. Le rotavirus est la cause la plus courante de gastroentérite (grippe intestinale), causant des vomissements et de la diarrhée et potentiellement, de la déshydratation.

CONSEIL : Consultez l’Outil pour le calendrier de vaccination de l’ASPC. Il vous sera plus facile de déterminer la date à laquelle votre enfant devrait recevoir ses prochains vaccins. Sélectionnez votre province ou territoire et saisissez la date de naissance de votre enfant. Vous trouverez l’outil à cette adresse : www.phac-aspc.gc.ca/im/iyc-vve/is-cv-fra.php.