Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

La première nuit sans bébé

La première nuit sans bébé

Il n’existe pas de «bon» moment pour passer une première nuit sans son enfant. Que ce soit maintenant, ou dans un an, c’est vous qui décidez du meilleur moment, selon ce que vous ressentez. En outre, lorsque vous vous estimez prête pour cette étape, il est normal que vous ressentiez de l’inquiétude à l’idée de laisser votre enfant aux soins d’une autre personne. Toutefois, grâce à la planification, vous pouvez rendre cette pause plus agréable pour vous et votre petit.

Accordez-vous la permission de partir
Si vous avez une boule au creux de l’estomac chaque fois que vous imaginez votre première nuit loin de votre chérubin, vous n’êtes pas la seule. Vous ressentez peut-être de l’anxiété et même de la culpabilité, mais il est important de replacer ces sentiments dans leur contexte et d’avoir une vue d’ensemble de la situation. Par exemple, le fait de passer du temps loin de votre enfant vous aidera à vous retrouver et à renouer avec votre partenaire. En outre, l’éloignement offre à votre enfant une occasion d’apprendre qu’il peut faire confiance à d’autres personnes et avoir du plaisir sans vous; ces séparations tôt dans la vie lui procureront davantage de confiance en lui et d’autonomie en grandissant.

Choisissez la bonne personne
Lorsque vous confiez votre tout-petit aux soins d’une autre personne, vous devez avoir l’assurance qu’il est entre bonnes mains. Avoir la certitude que votre gardienne possède les compétences nécessaires pour prendre soin de votre rejeton calmera votre angoisse et accroîtra votre confiance. Il arrive souvent que cette personne de confiance soit un parent, un frère ou une sœur. Bien qu’il soit naturel de vous adresser d’abord aux membres de votre famille, vous pourriez devoir évaluer s’ils sont aptes à la tâche. Demandez-vous s’ils sont en mesure de se lever la nuit pour le biberon et le changement de couches, et disposés à le faire. Vous avez peut-être également des préférences et règles que les membres de votre famille ignorent. Préférez-vous que votre enfant boive de l’eau au lieu du lait au moment d’aller au lit? Désirez-vous qu’il se couche à une heure particulière? Au coucher, votre enfant a-t-il des habitudes ou des rituels particuliers? Discutez de ces détails avec votre gardienne et assurez-vous qu’elle suit vos directives.

Donnez des consignes claires
Vous partirez l’esprit tranquille si vous savez que votre gardienne dispose de tous les renseignements dont elle a besoin. Dressez une liste détaillée comprenant les heures des boires, les rituels de votre enfant au coucher, ainsi que ce qu’il aime et n’aime pas. Faites en sorte que vos consignes soient claires et brèves pour que la gardienne les comprenne facilement. Vous devriez également lui laisser la carte santé de votre petit et lui fournir toutes les coordonnées de l’hôtel où vous allez de même que le numéro de votre cellulaire, de votre pédiatre et de quelques personnes à contacter en cas d’urgence, dont un membre de votre famille proche (votre mère peut être très utile dans cette situation, même si elle ne demeure pas à proximité). Affichez la liste dans un endroit bien visible pour en faciliter la consultation.

Préparez-vous à prendre du recul
Si cela peut vous rassurer, appelez à l’occasion pour vérifier que tout se passe bien, mais n’oubliez pas qu’en téléphonant constamment à la maison, vous n’atteindrez pas l’objectif de votre escapade. Vous vous êtes assurée qu’on prendrait bien soin de votre rejeton; maintenant il est temps de prendre soin de vous. N’oubliez pas, cependant, que si votre angoisse s’aggrave au point où vous ne pouvez la maîtriser ou il vous est impossible de partir, vous devez consulter votre médecin; vous pourriez avoir besoin de soins professionnels pour surmonter une angoisse de séparation d’une telle gravité.