Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Prendre des médicaments en période d’allaitement

Dr. Koren est le fondateur et directeur du programme Motherisk et professeur de pédiatrie, pharmacologie, pharmacie et médecine génétique de l'Université de Toronto. Il est également le titulaire de la Chaire Richard et Jean Ivey en toxicologie moléculaire de l'école de médecine Schulich de l'Université Western Ontario, où il détient le rang de professeur de médecine et de pédiatrie.

 

Lorsque vous devez prendre un médicament quand vous allaitez, vous pouvez vous inquiéter de ses répercussions sur votre bébé. Ne craignez plus, seul un très petit nombre de médicaments présentent des risques pour les bébés nourris au sein. Règle générale, vous devriez éviter les médicaments contre le cancer, les stupéfiants et les radiopharmaceutiques, alors que la majorité des autres médicaments, y compris les médicaments en vente libre contre le rhume et la grippe, ne posent aucun problème.

L’allaitement est la meilleure façon d’offrir les éléments nutritifs essentiels à un bébé au cours de ses six premiers mois. Toutefois, la prise de médicaments complique la décision de certaines mères qui désirent allaiter. Heureusement, la plupart des médicaments ne présentent aucun risque pour les nourrissons durant l’allaitement. Dans le cadre de cette chronique, nous examinerons quels médicaments sont compatibles ou non avec l’allaitement, en se fondant sur les lignes directrices du programme Motherisk.

Médicaments saisonniers en vente libre

Les médicaments contre le rhume, tels que l’acétaminophène (p.ex., Tylenol), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène (p. ex. Advil), le naproxène et autres médicaments similaires, les antihistaminiques et les sympathomimétiques présents dans les gouttes nasales peuvent tous être pris pendant que vous allaitez.

Médicaments généralement jugés incompatibles avec l’allaitement au sein

Médicaments contre le cancer. Les médicaments contre le cancer administrés dans le cadre d’une chimiothérapie sont généralement considérés incompatibles avec l’allaitement, car même un très faible degré d’exposition peut être toxique pour le bébé.

Antiépileptiques. Seuls quelques-uns des anciens anticonvulsivants sont excrétés en concentration élevée dans le lait maternel. Le phénobarbital, l’éthosuximide et la primidone pourraient passer en concentration importante dans l’organisme du bébé. Les enfants exposés au phénobarbital devraient être surveillés de près, car la concentration de ce produit dans leur sang pourrait approcher les doses thérapeutiques. De la somnolence a déjà été observée et il se pourrait même que le nourrisson éprouve des symptômes de manque après son sevrage.

Stupéfiants. Règle générale, les mères allaitantes devraient éviter toute forme de stupéfiants. L’alcool pourrait être associé, chez le nourrisson, à une consommation moindre de lait, à des habitudes de sommeil perturbées et au ralentissement du développement neurologique. Si vous buvez de l’alcool, vous pourriez suspendre provisoirement l’allaitement au sein (environ de deux à trois heures par verre) pour faire en sorte que la concentration d’alcool dans le lait diminue. Motherisk a élaboré un tableau-guide de la durée de suspension de l’allaitement en fonction du nombre de verres et du poids corporel.

Radiopharmaceutiques. Certains tests diagnostiques médicaux nécessitent l’utilisation de composantes radioactives appelées radiopharmaceutiques. Si vous devez passer un tel test, il se pourrait que vous deviez interrompre temporairement l’allaitement au sein parce que des éléments radioactifs peuvent demeurer dans le lait maternel pendant des heures, voire des jours. Avant une telle intervention, le lait maternel devrait être pompé et congelé afin de nourrir les tout-petits lors de l’interruption momentanée de l’allaitement. En outre, les mères devraient extraire et jeter le lait maternel tant qu’il contient des éléments radioactifs, afin de préserver la production de lait. Vous devriez recevoir des recommandations individualisées, en fonction des agents radiopharmaceutiques utilisés. Consultez un médecin spécialisé en médecine nucléaire ou encore l’organisme Motherisk peut vous aider et vous rassurer.

Autres médicaments. Quelques médicaments, comme l’amiodarone pour traiter certains problèmes cardiaques ou le lithium pour le trouble bipolaire, ne sont peut-être pas sécuritaires dans tous les cas. Les patientes qui prennent ces médicaments doivent surveiller de près leur bébé.

Conclusion

Seuls quelques médicaments présentent un risque pour les enfants nourris au sein. Un tel constat est rassurant à la fois pour les mères allaitantes et les fournisseurs de soins de santé qui doivent évaluer les risques et avantages du recours à certains médicaments. Communiquez avec le programme Motherisk pour obtenir des informations particulières à propos de tout médicament à court ou à long terme que vous pourriez devoir prendre pendant la période d’allaitement.

 

Copyright © 2011 The Hospital for Sick Children, Toronto (Ontario) Canada. Tous droits réservés.

Les renseignements contenus dans cette page Web sont fournis à titre éducatif seulement; ils ne constituent aucunement des conseils médicaux et ne devraient pas être utilisés comme outil diagnostique ni remplacer les conseils de votre médecin. Consultez votre médecin pour déterminer la justesse ou la pertinence des renseignements par rapport à votre situation et avant de prendre toute décision concernant un traitement ou un médicament. L’information est jugée fiable au moment de son affichage. Néanmoins, Motherisk ou l’Hospital for Sick Children ne peuvent garantir la qualité, la justesse, l’exhaustivité, l’à-propos ni la pertinence de l’information fournie. La référence à un produit ou à un service ou leur mention ne signifie pas que Motherisk ou l’Hospital for Sick Children ou Shoppers Drug Mart appuient ce produit ou service.