Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Pourquoi le déclin de la mémoire?

© 1996-2014 MediResource Inc.

À mesure que nous vieillissons, nous grandissons en sagesse. Mais en même temps, la taille de notre cerveau diminue – d'environ 2 % tous les 10 ans. Heureusement, ce changement dans la taille du cerveau fait partie du processus normal de vieillissement et se déroule si lentement que nous ne le remarquons pas.

Une partie de notre cerveau, le lobe frontal, semble vieillir plus rapidement que les autres régions cérébrales. Vers l'âge de 80 ans, le lobe frontal a perdu environ 25 % de sa taille antérieure! Comme cette région du cerveau est responsable des fonctions telles que les réactions, la résolution de problèmes, le jugement et l'attention, le vieillissement du lobe frontal serait l'une des principales raisons pour lesquelles certaines personnes âgées ont de la difficulté à se rappeler des noms ou des faits. Une autre caractéristique du vieillissement cérébral est une rupture de communication entre les cellules cérébrales, ou neurones.

Des recherches ont révélé qu'à l'image d'une balançoire à bascule, notre cerveau bascule entre l'attention portée à une tâche à accomplir et la distraction par des pensées vagabondes, des rêveries ou des stimuli extérieurs. À mesure que nous vieillissons, notre cerveau peut devenir moins efficace à maintenir l'équilibre; il en résulte un déséquilibre dans la bascule qui expliquerait que certaines personnes ont de la difficulté à accomplir des tâches liées à la mémoire, comme comprendre une nouvelle information, la conserver en mémoire et la récupérer plus tard.

Nous comprenons alors qu'avec l'âge, nous pouvons oublier facilement le nom d'un nouveau voisin ou quelques articles qu'il faut aller chercher à l'épicerie. Les dates pourraient aussi poser un problème. À moins qu'il existe un trouble sous-jacent –traumatisme ou lésion, infection ou apparition d'une démence ou de la maladie d'Alzheimer – la plupart de ces moments dits « séniles » peuvent être attribués au vieillissement naturel du cerveau. Il n'y a pas lieu de s'en inquiéter. 

Quand quelqu'un oublie le nom de ses proches, ce n'est pas pareil. Il en est de même si quelqu'un ne peut absolument se souvenir d'être allé à l'épicerie, ou de savoir en quelle année on est. Ces oublis sont des signes révélateurs d'un problème plus grave.

Parmi les autres causes de perte ou de manque de mémoire, mentionnons les accidents vasculaires cérébraux, les traumatismes ou blessures à la tête, les maladies de la thyroïde, la prise de certains médicaments, la dépression ou l'anxiété, l'alcoolisme, la mauvaise alimentation (par ex. la carence en vitamine B12) et les troubles du sommeil. On a également observé que la baisse de la mémoire est associée à la présence de faibles taux de lipides de haute densité, appelées couramment HDL ou le « bon cholestérol ». De plus, certains chercheurs croient que les changements du taux de l'hormone féminine œstrogène pourraient entraîner des difficultés sur le plan de la mémoire, surtout après la ménopause et durant la grossesse.

Malgré ce processus de vieillissement naturel, notre cerveau conserve sa capacité de s'adapter aux changements, d'où la possibilité d'acquérir de nouvelles connaissances, d'établir de nouvelles connexions et de contrer la perte de mémoire. Nous pouvons appuyer notre cerveau en cultivant des habitudes saines pour la mémoire.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Comment-stimuler-votre-memoire