Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Pourquoi continuez-vous d'agir contre votre plein gré?

© 1996-2014 MediResource Inc.

La cause précise de cette dépendance n'est pas connue, mais des années d'étude sur le sujet ont aidé les chercheurs à établir un lien avec d'autres comportements de dépendance, par exemple à l'alcool, à la drogue, aux médicaments, au sexe et au tabac. La folie des achats (aussi appelée oniomanie ou magasinage compulsif) est considérée par certains comme une dépendance en raison de ses nombreuses ressemblances aux autres dépendances bien reconnues, où plusieurs des parties du cerveau activées sont les mêmes et le sentiment d'euphorie l'est également. L'argent est à la dépendance au magasinage ce que l'alcool est à l'alcoolisme : la substance dont on fait abus.

Les chercheurs ont démontré que les personnes souffrant d'une dépendance ont un afflux de dopamine (une substance chimique produite dans le cerveau et associée au plaisir et à la récompense) quand elles parviennent à satisfaire un besoin pressant, comme une frénésie de magasinage. Au fil du temps, elles deviennent dépendantes de cette sensation agréable. Malheureusement, la gratification immédiate d'un achat fabuleux cède inévitablement la place à la culpabilité, à la honte et au désappointement. Il en résulte un cercle vicieux qui engendre un sentiment d'impuissance et de perte de maîtrise de soi.

Toutefois, la dépendance au magasinage est plus qu'un manque de volonté ou de maîtrise de soi. Il s'agit aussi d'un trouble du comportement possiblement attribuable à la manière dont une personne a été élevée. Selon les études, il se pourrait que les acheteurs compulsifs aient appris ces comportements à la maison ou aient subi des mauvais traitements (comme un abus sexuel) pendant l'enfance. En outre, la probabilité que la dépendance au magasinage s'accompagne d'au moins une autre dépendance (par ex. la toxicomanie) ou d'un autre trouble (par ex. un trouble anxieux, un trouble obsessionnel-compulsif, un trouble du contrôle des impulsions ou un trouble de l'humeur, comme la dépression) s'avère relativement élevée la plupart du temps.

L'environnement social peut aussi jouer un rôle dans la dépendance au magasinage. Les Nord-Américains sont surexposés aux astuces commerciales et publicitaires qui font la promotion du magasinage et d'un mode de vie matérialiste; le magasinage est devenu un passe-temps important, pour ne pas dire un mode de vie. Il a été rapporté que l'habitude malsaine de magasiner excessivement s'acquiert à la fin de l'adolescence et au début de la vingtaine, quand la personne quitte la maison, a plus de liberté et obtient ses propres cartes de crédit, contractant des dettes importantes à un jeune âge.

De plus, l'usage répandu d'Internet permet à des personnes de tous les âges (mais surtout à la génération férue d'informatique) de magasiner en ligne pour satisfaire leurs besoins. Le blogue personnel n'est pas juste un journal en ligne, mais bien une boutique virtuelle personnelle. Les personnes vendent et achètent leurs produits en passant par des sites comme Craigslist et ebay. L'accès à Internet facilite le magasinage. Bien que son utilisation n'entraîne pas nécessairement une dépendance au magasinage, la personne qui a un penchant pour le magasinage aura certainement plus de difficulté à se défaire de cette habitude ou à restreindre ses dépenses.

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2018. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/healthfeature/gethealthfeature/Acheter-Therapie-emplettes-ou-folie-des-achats