Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Les aliments à éviter durant la grossesse

© 1998-2014 Mayo Foundation for Medical Education and Research (MFMER). Tous droits réservés. Une seule copie de ces documents peut être imprimée uniquement à des fins personnelles non commerciales. «Mayo», «Mayo Clinic», «MayoClinic.com», «Mayo Clinic Health Information» et le logo du triple écusson sont des marques de commerce de MFMER. Faisons le point sur les aliments qui sont déconseillés durant la grossesse.

Faisons le point sur les aliments qui sont déconseillés durant la grossesse.

Charcuteries/saucisses fumées

Il est recommandé de les éviter à moins de les faire réchauffer jusqu'à ce qu'ils atteignent la bonne température. Ainsi, la dinde tranchée ou le jambon devrait être servis fumants, et leur température interne doit avoir atteint au moins 71°C.

Arachides
Anaphylaxie Canada conseille aux femmes à « haut risque » qui sont enceintes ou qui allaitent d'éviter autant que possible des arachides et les noix. Parmi les femmes dites à haut risque, on retrouve celles dont un membre de la famille immédiate est allergique aux arachides (un autre enfant, un frère, une soeur ou un parent, par exemple).

Barres et boissons protéinées
On devrait les éviter absolument en raison de leur forte teneur en protéines. Une barre ou une boisson de ce genre peut contenir jusqu'à 35 g de protéines, soit environ la moitié des protéines dont une femme enceinte a besoin par jour. Les femmes ont besoin en moyenne de 45 g de protéines par jour et celles qui sont enceintes devraient en consommer 25 g de plus. Les protéines ont aussi pour effet de réduire l'appétit, et  trop en consommer pourrait faire en sorte que vous manquiez d'autres éléments nutritifs parce que les protéines vous font sentir rassasiée. Vous devriez plutôt vous en tenir à la quantité recommandée de 60 à 70 g de protéines à puiser dans des aliments qui en contiennent beaucoup, tels que la viande ou les oeufs.

Fromage à pâte molle
Voilà une catégorie de fromages qui peut porter à confusion parce que certains fromages crémeux, qu'on classe à tort dans cette catégorie, sont tout à fait acceptables. C'est le cas notamment du fromage cottage et du fromage à la crème. Les types de fromage dont on devrait s'abstenir sont plutôt du type brie, camembert, feta ou bleu. Ceux-ci sont généralement non pasteurisés et peuvent transmettre une bactérie appeléelisteria, associée aux fausses couches et aux accouchements prématurés. Et si rien n'indique sur l'emballage que le lait qui compose ces fromages est pasteurisé, vous devriez en conclure qu'il ne l'est pas. Les fromages à pâte ferme, comme la mozzarella et le cheddar, sont des choix plus avisés. 

Les oeufs crus
Vous vous demandez sûrement la raison de cette mention, puisque les oeufs crus ne sont pas une chose que vous seriez portée à manger naturellement. Il est important d'y songer, car étonnamment, on trouve des oeufs crus dans de nombreux plats et qu'ils peuvent provoquer des empoisonnements alimentaires. La salade César, par exemple. Sa vinaigrette contient habituellement un oeuf cru. Il en va de même pour certaines sauces et même pour le lait de poule sans alcool, qui sont parfois confectionnés à l'aide d'oeufs non pasteurisés. 

Les poissons et les fruits de mer
Évitez le saumon fumé réfrigéré; la même consigne prévaut pour les sushis, qui contiennent du poisson cru, ou les huîtres fraîches. Santé Canada conseille aussi aux femmes enceintes de limiter leur consommation de requin, d'espadon et de thon frais ou congelé à un repas par mois. Le saumon en conserve est considéré comme sécuritaire. Toutefois, Santé Canada conseille de limiter sa consommation de thon en conserve à 150 g par semaine, en raison des inquiétudes soulevées par la concentration élevée de mercure dans les gros poissons d'eau salée. Les poissons contenant probablement le moins de mercure sont le thon pâle, la truite d'élevage, l'aiglefin, le tilapia et la limande, qu'on appelle communément « sole ».  

Les succédanés du sucre
C'est là qu'entre en scène l'importance de bien lire les étiquettes. Certains succédanés sont tout à fait acceptables, alors que d'autres sont déconseillés par Santé Canada. Les produits comme NutraSweet et Splenda, qui contiennent de l'aspartame, peuvent par exemple être consommés avec modération.

Les plantes et les herbes
Motherrisk, un programme de recherche mis sur pied par l'Hôpital pour enfants malades de Toronto et qui offre de l'information sur la santé prénatale et sur celle des nourrissons, a dressé une liste des plantes et herbes « non sécuritaires » durant la grossesse. On y trouve entre autres l'aloès, la cimicaire à grappes, la bardane, le souci (calendula), la camomille, le poivre sauvage (gattilier), le dong quai (angelica sylvestris chinensis), la grande camomille, le sceau d'or (hydraste du Canada), le houblon, le genièvre, la réglisse, lema huang, la passiflore, la menthe poivrée et l'orme rouge. 

La caféine
Mauvaise nouvelle pour les mordues de café : selon le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), trop de café peut « augmenter votre risque de fausse couche et également le risque, pour votre bébé, d'avoir un poids insuffisant à la naissance. » La quantité de café acceptable dépend de l'organisme ou de la personne à qui vous posez la question. Santé Canada et CAMH considèrent comme acceptable 300 mg de caféine par jour (soit l'équivalent de 2,5 tasses de café). Toutefois, le centre de recherche Motherrisk conseille de ne pas consommer plus de 150 mg de caféine par jour. 

L'alcool
Abstenez-vous. Il serait en effet beaucoup plus simple de ne pas consommer d'alcool, puisqu'on ignore quelle quantité peut être inoffensive durant la grossesse.