Facebook
X

Vous utilisez un navigateur non pris en charge. Veuillez le mettre à niveau afin de pouvoir consulter le site pharmaprix.ca.

Comment dépister les allergies alimentaires

Vous craignez que votre bébé développe une allergie ou une trop grande sensibilité à certains aliments? Nous faisons le point sur la question.

Quels sont les risques?

On estime qu'environ six à huit pour cent des enfants de deux à trois ans sont allergiques à au moins un aliment. Les risques de développer une sensibilité à un aliment augmentent s'il y a dans les familles des antécédents de ce que les médecins appellent « maladie atopique »— rhume des foins, eczéma ou asthme.  Les enfants dont au moins un des parents est allergique courent environ 30 p. 100 plus de risques de développer une forme d'allergie, y compris une allergie alimentaire. Deux parents allergiques doublent les risques. 

Quelle est la différence entre allergie alimentaire et intolérance?

Si votre enfant a des problèmes ou est sensible à certains aliments, il est sans doute intolérant ou allergique à ceux-ci. Il faut toutefois savoir qu'une allergie alimentaire n'est pas la même chose qu'une intolérance à un aliment. L'allergie à un aliment est provoquée par une réaction du système immunitaire. Si certaines de ces allergies sont légères, d'autres aliments peuvent être les déclencheurs de réactions très graves. Ces aliments sont notamment les arachides, les noix, le poisson, les crustacés et, dans certains cas, le lait et les oeufs. L'intolérance à certains aliments est différente et, dans bien des cas, la raison de cette intolérance est inconnue.

Voyez votre médecin de famille si votre enfant a perdu du poids, s'il a du sang dans les selles ou si elles ont une texture muqueuse. S'il a eu une réaction à un aliment en particulier, il devrait voir un allergologue ou un immunologue. Ce spécialiste effectuera certains examens et déterminera si la réaction de votre enfant est attribuable à une allergie alimentaire ou à une intolérance. Il proposera ensuite des moyens de modifier les facteurs de risque et préparera un plan de gestion.  

Est-il possible de prévenir?

De nombreux experts croient que le fait de retarder l'introduction de certains aliments dans le régime alimentaire de bébé jusqu'à ce que son système immunitaire soit mieux développé peut réduire l'incidence de certaines allergies. En conséquence, la plupart des médecins recommandent d'allaiter exclusivement les enfants jusqu'à l'âge de six mois, puis de passer à la préparation lactée, si vous le souhaitez, avant que l'enfant atteigne un an. Dans certains cas, votre bébé peut ressentir des ballonnements, souffrir de diarrhée, de gaz ou d'irritations cutanées après avoir consommé un aliment en particulier. L'organisme de votre enfant peut aussi manquer de certaines enzymes comme la lactase, ce qui déclenchera chez lui des réactions aux aliments qui contiennent du lactose — le lait, par exemple. Dans ce cas, votre médecin pourra vous recommander du lait sans lactose ou des tablettes de lactase. 

Même si vous ni votre partenaire ne souffrez d'allergies, la plupart des professionnels de la santé conseillent désormais d'attendre pour faire découvrir certains aliments qui comportent le plus de risques de provoquer des allergies.

• Le lait, le soja et les blancs d'oeuf : n'en offrez que lorsque l'enfant aura atteint 12 mois.

• Les mollusques et les crustacés, les arachides (et le beurre d'arachide), les noix et les graines : pas avant l'âge de 3 ans.

 

Comment savoir si mon enfant a une réaction allergique? 

Si votre enfant souffre d'une allergie alimentaire, il aura l'une des réactions suivantes : 

* urticaire, démangeaisons ou eczéma;

* picotement ou enflure des lèvres, de la langue, de la gorge ou d'autres parties du corps; 

* problèmes respiratoires — sifflement ou toux;

* picotement ou écoulement nasal; 

* crampes à l'estomac, nausées, vomissements ou diarrhée.

Certains enfants peuvent avoir une réaction qui peut mettre leur vie en danger que l'on appelle anaphylaxie. Une réaction anaphylactique provoque des difficultés respiratoires, peut conduire aussi à une brusque chute de tension artérielle, à une perte de conscience et même à la mort. Puisque les premiers signes de réaction anaphylactique peuvent ressembler aux symptômes ci-dessus, un traitement d'urgence est essentiel. 

S'il y a des allergies dans votre famille, consultez votre médecin afin d'obtenir des recommandations individuelles.